Accueil du site > Accréditation > Référentiel métier > Les 6 situations > Compression modullaire post traumatique

Compression modullaire post traumatique

Situation 6 :

 Compression médullaire post traumatique

 Réaliser un diagnostic

Situation d’urgence et atmosphère de drame liées aux circonstances de survenue (accident, chute, polytraumatisme,..) nécessitant l’intervention des SAMU, SMUR, pompiers

  • en effectuant un examen neurologique pour évaluer le degré de gravité (déficit complet ou non, niveau d’atteinte en hauteur)
  • en contrôlant les constantes vitales, les sphincters, la dilatation de l’estomac, la survenue précoce d’escarres
  • en prescrivant un scanner et/ou un IRM · en informant le patient et si possible la famille (urgence vitale et fonctionnelle) |

 Décider de l’indication et d’une stratégie thérapeutique

En cas de compression médullaire ou de la queue de cheval, rétrécissement canalaire et instabilité rachidienne : intervention en urgence

Au mieux la décompression doit être effectuée dans les 6Hsuivant le traumatisme

En cas de tableau de section médullaire complètede niveau dorsal : l’intervention peut être éventuellement différée

 Réaliser l’intervention chirurgicale

  • en vérifiant la préparation du bloc et la disponibilité du matériel et du personnel
  • en veillant au conditionnement du patient (sonde vésicale, toilette, asepsie …), à la prescription auprès de l’anesthésiste de l’antibio prophylaxie et à la commande de sang
  • en étant très attentif aux techniques de mobilisation adéquate au moment de l’installation sur la table d’opération (aide de plusieurs personnes)
  • en décomprimant la moelle et/ou la queue de cheval, en réduisant la fracture et en la stabilisant par des moyens de contention interne

 Effectuer un suivi post-opératoire immédiat

  • en soins intensifs ou en réanimation
  • en veillant aux escarres et aux troubles digestifs et sphinctériens
  • en étant attentif à l’évolution psychique du patient, à l’information de la famille
  • en prévenant les complications de décubitus par mobilisation et kinésithérapie adaptée.
  • en anticipant le transfert, en réservant l’accès en service de rééducation
  • en réalisation une radiologie de contrôle postopératoire
  • en rédigeant un CR post opératoire précis exhaustif –* et non pas lapidaire, en veillant à la qualité de la rédaction
  • en rédigeant le compte rendu d’hospitalisation

 Effectuer un suivi en temps différé

  • en accompagnant l’acceptation du handicap par le patient
  • en prenant en charge les troubles neurologiques post-traumatiques (douleurs, spasticité, syringomyélie)
  • en sollicitant les spécialistes d’organes (troubles génito-sphinctériens)
  • en encourageant la rééducation en cas de récupération possible
Télécharger au format pdf Enregistrer au format PDF

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0