Accueil du site > Accréditation > Référentiel métier > Les 6 situations > Dysfonctionnement de valve chez l’enfant de plus de 2 ans

Dysfonctionnement de valve chez l’enfant de plus de 2 ans

Situation 4 :

 Dysfonctionnement de valve chez l’enfant de plus de 2 ans

 Réaliser un diagnostic

Patient avec tableau d’hypertension intracrânienne « bruyant » ou fruste :

  • en réalisant un examen clinique et neurologique
  • en évaluant l’état d’urgence en fonction de l’état clinique (hypertension intracrânienne décompensée, déshydratation)
  • en réalisant un diagnostic différentiel (gastro-entérite, syndrome méningé fébrile, …)
  • en reprenant le dossier, le carnet de santé et en discutant avec les parents : à la recherche des épisodes antérieurs, d’un diagnostic étiologique de l’hydrocéphalie et en s’informant du type de valve et de la date de la pose
  • en prescrivant des examens complémentaires (scanner cérébral, radio du montage, échographie abdominale…)

 Décider de l’indication et d’une stratégie thérapeutique

en analysant les causes possibles de dysfonctionnement :

  • existence d’une dilatation ventriculaire au scanner et son type anatomique (communicante ou pas)
  • montage en place et valve ne fonctionnant pas : test et réglage de la programmation
  • dysfonctionnement évident :
  • déconnexion et mauvais positionnement des cathéters
  • obstruction (50% des complications) du cathéter ventriculaire ou distal
  • hyperdrainage (ventricules fentes),
  • plus rarement, pseudokyste abdominal, hydrocèle, …
  • puis décider : - de la reprise chirurgicale de la valve et de la technique de réfection
  • de la réalisation d’une ventriculocisternostomie en cas d’hydrocéphalie non communicante
  • en discutant avec les parents : informations sur le dysfonctionnement de la valve, sur l’acte opératoire, et sur les risques chirurgicaux en cas de reprise (infection,..)

 Réaliser l’intervention chirurgicale

  • en prescrivant une antibioprophylaxie
  • en préparant un champ opératoire complet de tout le montage
  • en choisissant les examens complémentaires à afficher
  • en installant le patient en position adéquate et de confort
  • en respectant les règles précises de pose des valves (un aide, peu de personnel, heure de programmation…)
  • en vérifiant la disponibilité du matériel |

 Effectuer un suivi post-opératoire immédiat

  • en surveillant la température, la clinique, la cicatrice,
  • en réalisant un contrôle radiographique du montage et un scanner cérébral
  • en rédigeant un CR post opératoire précis exhaustif –* et non pas lapidaire, en veillant à la qualité de la rédaction
  • en assurant la traçabilité de la prise en charge, en remplissant le carnet de santé

 Effectuer un suivi en temps différé

  • en définissant la fréquence de la surveillance clinique et radiologique
  • en évaluant à distance les résultats des pratiques professionnelles, en réunion de morbi-mortalité
Télécharger au format pdf Enregistrer au format PDF

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0